Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

25/11/2008

Nouvel horizon

J'ai trouvé un emploi, je respire! A chaque fois que j'ouvre le journal, à chaque fois que je regarde le J.T., à chaque fois que j'ouvre Internet, la peur m'envahit. Crise financière. Comment faire fi de cette situation, alors qu'un nuage gris pèse sur nous? Pauvres hères que nous sommes, nous avons profité d'un système, il est temps de payer. Est-il possible de trouver un job dans ce fracas?

Mais qui paie pour qui?

Déprime et morosité, quand on a des problèmes, ils prennent parfois des proportions incongrues. Je suis au chômage depuis six mois. Pas de quoi se plaindre. Six mois d'angoisse vers l'incertain, de désespoir face à une actualité toujours plus noire... Six mois, c'est long.

A ceux-là s'ajoute un an d'errements professionnels. 2007, année maudite. De petits intérims en remplacements minables, je trouve encore un contrat précaire en juillet. Je veux travailler, qu'importe si la fonction est nulle... Mais mon corps m'en empêche : il m'arrête. Bonne décision, acte manqué. Que sais-je? Mais quand on se retrouve dans une situation bouchée, il arrive de croire que plus aucune perspective ne s'ouvrira à vous. Oui, aussi naïf cela semble-t-il, oui, j'ai déjà pensé que jamais, je ne retrouverais un emploi!?

Ensuite, comment justifier ces trous? Entretien professionnel : "Qu'avez-vous fait en 2007?" Mensonges pieux, "J'ai tenté de monter ma propre entreprise mais le projet n'était pas viable. Cependant, j'ai créé une asbl." Raccordements bâteaux, attention, ça tangue!

Pourquoi je ne trouve pas? Ces trous, ce passé suspect? Pourquoi certains trouvent alors que d'autres rament dans des eaux de plus en plus agitées? Toujours la même histoire : pourquoi moi? Calimero en a marre, mais comment déjouer le sort? Toujours la même question : comment agir sur sa vie?

Raconter la maladie, la vérité à son futur employeur? J'ai déjà été "hors circuit" quatre mois, déconnectée d'une réalité pendant d'autres mois, toujours à cause de ma sep. Maintenant, je sors la tête hors de l'eau. J'ai trouvé l'équilibre sur le fragile fil de la vie. Je parviens à gérer le tout, vie professionnelle, personnelle... et médicale. Avec un peu de vertige, toujours! Peut-être serais-je encore en pause bientôt, dans un mois, un an. Ou jamais! Le destin me rappellera à son bon souvenir, mais même si cette épée de Damoclès est au-dessus de ma tête, je la connais. Je ne redoute plus d'avoir une poussée. Elle arrive, je sais comment la vivre. La dernière fois que j'en ai eu une, je n'ai pas pleuré. Préparé mon sac, prévenu mes parents, téléphoné au docteur. Je suis allée le voir, le sac dans le coffre de la voiture au cas où l'hospitalisation serait immédiate. Ce fut le cas. Quelques jours plus tard, c'était mon anniversaire. Mon neurologue m'a fait signer une décharge, je suis rentrée passer la journée chez moi, entre deux perfusions, le cathéter fiché dans le bras. Malgré tout cela, je garde un très bon souvenir de cet anniversaire. Il était peut-être le meilleur. Avec celui de mes dix ans, quand encore je ne réfléchissais pas à ce qu'allait devenir ma vie!

Lundi, je commencerai un nouvel emploi. Je suis fière d'avoir réussi les examens d'embauche, les différents entretiens et les jurys. Je n'ai réussi que grâce à moi-même. Mon tout : ma tête, mon corps et mon histoire.

Commentaires

félicitations..!
l'élan vital vous porte..
c'est magnifique..

Écrit par : laine | 25/11/2008

Et bien voilà ! La magie de la remise en question fait son travail. Depuis ton premier article on sens que tu déverses ton désespoir sur se blog, et le résultat magique semble être que tout ce que tu y déverse sort un peu de toi et se trouve comme, toujours présent, mais rangé, rangé dans une sorte d'armoire virtuelle. En plaçant tes souffrance dans ce blog et probablement via d'autres pistes, tu semble crèer en toi de l'espace pour t'occuper du concrèt, pour vivre ce qui est vivable... Rare sont les personnes capable de telles prouesses, félicitation... Et surtout continue, tu écris trop bien et, j'en suis sûr tu fais un bien fou à d'autres qui ne savent peut-être pas comme toi trouver leur chemin...

Écrit par : David | 26/11/2008

Les commentaires sont fermés.