Blogs Lalibre.be
Lalibre.be | Créer un Blog | Avertir le modérateur

29/10/2009

Re a-sociale

A nouveau a-sociale. J'entamerai dès lundi mon troisième mois d'incapacité pour raisons médicales. Sep, laisse-moi tranquille!


Mon corps est une prison, il me tient enfermée dans une vie qui n'est pas la mienne.

Oui, j'accepte ma maladie. Sep, je ne peux pas faire sans toi. Cependant, j'ai parfois des accès de colère envers cet ennemi invisible qui m'empoisonne la vie. Je l'ai déjé écrit, j'ai pris conscience de mon corps. Mais je voudrais parfois oublier que c'est à cause de ma santé... Je suis enceinte et je ne voudrais penser à mon corps que parce qu'il abrite un bébé. Pas parce que quand je monte les escaliers - car maintenant, j'y parviens! - je dois réfléchir au moment où je pose mon pied droit sur la marche pour qu'il doit droit. Ni quand j'écris une lettre, et qu'à la dixième ligne, ma main fatiguée me demande une concentration que j'avais oubliée. Celle de mes 6 ans, à l'école. J'ai retrouvé mon écriture d'enfant, à la personnalité décousue! Sep, j'aimerais t'oublier, surtout maintenant!


Je suis à nouveau a-sociale. J'avais pourtant intégré une vie "normale" : travail à temps plein, rencontres et amitiés, projets de grossesse, de vacances, de lectures... Emploi du temps et agenda. Se dépêcher. Réveil qui sonne. Le noir quand je me lève. Une marche le dimanche après-midi. Quelques longueurs de piscine le lundi sur le temps de midi entre collègues.

Maintenant, mon agenda est juste rempli de mes rendez-vous médicaux. De chouettes moments (échographies) parsemés d'obligations sepiennes : neurologue, prise de sang. Comment va se dessiner mon avenir? Quand vais-je reprendre le travail? J'émerge tous les matins à des heures indécentes. La journée passe ainsi plus vite.


Je cherche des aménagements sans savoir exactement s'ils seront nécessaires. Je vais demander ma mutation au travail, pour revenir plus près de chez moi. J'aimais ma petite équipe de travail, la bonne ambiance, loin des chefs et du chaos du centre régional. Mais j'appréhende les trajets, et le temps que je mets en plus pour tout faire. Me préparer, marcher, attraper mon bus et mon train à l'heure. Alors je vais demander à revenir plus près de chez moi...


Je n'ai toujours pas osé reprendre le volant. Peut-être est-ce davantage par peur infondée que par incapacité réelle à la conduite? Peur que mon pied ne sente pas la bonne pédale, que ma main ne change pas assez vite la vitesse ou tourne mal le volant... J'ai peur de prendre le bus. S'il n'y a pas de place assise, saurais-je rester debout sans vasciller quand le bus devra freiner?


J'ai peur aussi d'avoir perdu des facultés mentales... Comme si j'étais plus intelligente avant. Cette peur-là, je n'en parlepas à mon entourage.

Commentaires

comme à chaque fois que je te lis, je me reconnais....
la peur est omniprésente avec la sep, moi aussi j'ai souvent peur (et pourtant, j'ai pratiquement 15 ans de maladie derrière moi, à croire qu'on ne s'habitue jamais) et je me pose beaucoup de questions tout le temps
peut-être que lorsque mon bébé sera là, ce sera différent, je serai probablement totalement investie par la maternité et j'en oublierai mes peurs et mes questions sans réponses...pour toi aussi, peut-être

bzzzz et bon courage, tu vas aller de mieux en mieux, il faut juste le temps de te remettre de ta vilaine poussée....continue à aménager ta vie pour qu'elle soit plus facile et dorlote ton bébé, c'est le plus important !

Écrit par : guimauve | 30/10/2009

Comme te le dis Guimauve, tu vas aller mieux, profite de ces moments de "congés" pour bien te reposer et penser à ton bébé.
Courage

Écrit par : Pat La Fourmi | 31/10/2009

Les commentaires sont fermés.